D’après un arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne, l’im­pôt fran­çais sur les béné­fices issus d’une vente d’une rési­dence secon­daire d’un non-résident est contraire au droit euro­péen.

Sources :