Faisons une petite com­pa­rai­son. Votre enfant est malade – cela arrive de temps en temps. Vous vous ren­dez chez votre méde­cin. Celui-ci écoute et exa­mine votre enfant, éta­blit un diag­nos­tic et pres­crit un remède. L’enfant se rha­bille et le méde­cin vous demande de lui payer sa consul­ta­tion. À ce moment-là, vous lui répon­dez : « Bien sûr, Docteur, je vais vous payer. La seule chose, c’est que je ne sais pas encore com­bien. Rassurez-vous, je vais accor­der un nombre de points à votre consul­ta­tion, nombre dont la déter­mi­na­tion est pour l’instant très floue, et je vais mul­ti­plier le nombre de points par un chiffre com­pris entre 0 et 75 euros, et dont le mode de déter­mi­na­tion finale n’est pas encore connu. Je vous ver­se­rai le tout d’ici dix-huit mois, sans faute ! Bonne fin de jour­née ! »

Lire l’ar­ticle com­plet :

Marie Doutrepont, « Réforme de l’aide juridique : Monsieur Geens, cessez de galvauder le terme de « démocratie » ! » – Carte blanche,  Le Soir